Les symptômes de la Presbyacousie

Une des formes de perte auditive la plus répandue, de nos jours, est sans doute la presbyacousie.

Les premiers symptômes apparaissent en moyenne à partir de 50 ans mais la gêne auditive est en générale plus tardive et se traduit “plus” par des difficultés de compréhension.

La presbyacousie se traduit par une perte de la perception des sons aigus, lesquels permettent une bonne compréhension des mots. Pour visualiser ce phénomène, il faut se remémorer que la fonction d’audition est réalisée en grande partie par les cellules ciliées dans l’oreille interne. Ces cellules comportent des cils vibratoires transformant les sons en signaux électriques nerveux.

  • Ces cellules ciliées sont en nombres définis à la naissance (20 000 cellules environ) et leur renouvellement n’est pas possible.
  • Ces cellules sont sensibles à des fréquences précises
    du très grave au très aigüe et réparties équitablement un peu comme les touches d’un piano.
  • Les cellules ciliées responsable des sons aigües sont
    les plus fragiles.

L’usure de ces cellules est conditionnée par des facteurs génétiques, des problèmes d’artériosclérose, le tabac, le cholestérol, l’exposition prolongée au bruit, des médicaments ototoxiques. Ainsi, il n’est pas rare d’observer à partir de 50 ans une baisse progressive du seuil auditif sur les fréquences aigües.

Concrètement ces courbes mettent en évidence une baisse d’audition des sons aigüs en fonction de l’âge mais avec une bonne conservation de l’audition des sons graves.”.

En pratique dans la vie de tous les jours, la personne ne fait pas répéter son entourage en tête à tête, elle est même capable d’entendre des petits bruits comme par exemple un « bruit de pas » léger à l’étage au dessus. Par contre, cette même personne n’entend plus sa montre sonner même pendant 10 minutes, le chant des oiseaux au loin n’est plus audible et surtout il faut répéter plusieurs fois certains mots dès que l’ambiance sonore est bruyante.

Qui n’a jamais rencontré dans sa famille, un grand-parent se plaignant “de bien entendre mais de ne pas comprendre” et “qu’il est inutile de crier mais de simplement articuler”.

En schématisant un peu, on comprend d’après les courbes d’audition du schéma adjacent qu’une personne souffrant de presbyacousie possède une oreille “suffisamment sensible” pour suivre une conversation dans le calme.

Par contre, la communication devient très délicate dès la présence de bruit ambiant. L’oreille n’a plus assez d’information, il lui manque les sons aigüe pour compléter le message sonore.

L’évolution de la presbyacousie conduit inexorablement à un isolement social important.

Ces symptômes évoluent lentement et sont difficiles à mettre en évidence. C’est pourquoi il est utile de faire vérifier son audition régulièrement chez un médecin ORL, ou chez un audioprothésiste.