Les aides auditives modernes

La miniaturisation de l’électronique permet d’intégrer, toutes les fonctions suivantes dans les aides auditives récentes.

le nombre de canaux

Notre spectre auditif correspond à l’ensemble de toutes les tonalités de sons que peut percevoir nos oreilles, du plus grave au plus aigu. Dans les aides auditives, ce spectre auditif est “découpé” en bandes de fréquences dans le but de correspondre précisement à chaque problème auditif. Ces bandes de fréquences aux canaux de 6 à 32 varient suivant les appareils.

Certaines études mettent en évidence un lien direct entre la qualité de l’aide auditive et le nombre de canaux disponibles. Plus notre spectre auditif peut être organisé en bandes “fines”, plus la correction auditive est précise.

Un découpage de 8 à 10 canaux constitue toutefois une limite déjà suffisante.

les microphones directionnels

Les microphones directionnels constituent un rôle majeur dans l’écoute en “milieux bruyants”.
Privilégier l’émergence de la voix d’un interlocuteur dans une ambiance saturée de bruits est une évidence, mais intéresserait bien des malentendants et même des “bien-entendants”. L’idée de “prélever” directement à la source le message sonore utile (la voix) apparait donc le meilleur moyen d’entendre correctement.

Les nouvelles aides auditives peuvent faire varier l’angle de sensibilité des microphones sur l’avant, l’arrière et même sur les cotés.

Certaines études mettent en évidence un lien direct entre la qualité de l’aide auditive et le nombre de canaux disponibles. Plus notre spectre auditif peut être organisé en bandes “fines”, plus la correction auditive est précise.

Trois systèmes se distinguent actuellement :

  • Le microphone omnidirectionnel. Il restitue une écoute à 360°.
  • Le zoom directionnel simple. Il favorise l’écoute de la parole de face et atténue les bruits arrières.
  • Le zoom directionnel automatique. Ce système recherche automatiquement l’origine de la voix de façon à bien entendre sans être forcement face à l’orateur.

LE TRAITEMENT DE LA PAROLE ET DU BRUIT

Réduction des bruits perturbants et amélioration de l’émergence de la parole pour une meilleure intelligibilité

LA PROTECTION CONTRE L’HUMIDITÉ

Certains contours d’oreilles sont aujourd’hui conformes à la norme IP68, ce qui les rend étanches à l’eau (résistent sous 1 mètre d’eau pendant 1 heure) et résistants à la poussière. L’humidité, la transpiration, la poussière ne sont donc plus une contrainte avec ce type d’appareil.

La majorité des autres aides auditives sont quant à elles conformes dorénavant à la norme IP67 (immersion temporaire dans l’eau et étanches à la poussière), qui les rend beaucoup moins fragiles qu’auparavant.

Le réducteur de bruits impulsionnels

Réduction des bruits perturbants et amélioration de l’émergence de la parole pour une meilleure intelligibilité

TRANSPOSITION FRÉQUENTIELLE/COMPRESSION :

Dans le domaine de l’audition, deux aspects sont primordiaux : l’audibilité et l’intelligibilité. Le premier correspond à notre capacité de percevoir les sons et le second de les comprendre.

Certaines pertes auditives, comme les pertes en pentes de ski (bons graves, aigus très bas) nécessite un apport de puissance de la part des aides auditives très important. Cette grande puissance peut induire des contraintes comme le Larsen ou le masquage des fréquences voisines. De plus, dans certains cas, les fréquences aigues ne sont plus audibles même avec une amplification conséquente (zones inertes cochléaires).

Deux mécanismes existent donc pour pallier ces contraintes : la compression et la transposition fréquentielle. Dans les deux cas, le but est de ramener les fréquences inaudibles pour le patient sur des zones fréquentielles audibles.

Transposition Fréquentielle

Le piano représente la gamme audible d’une oreille humaine, et les touches rouges une perte auditive. La transposition rétrograde d’une octave la zone fréquentielle inaudible sur la zone audible la plus proche afin de créer une superposition harmonique.

Exemple : Le chant d’un oiseau auparavant inaudible le sera de nouveau mais un peu plus grave que normalement.

Compression Fréquentielle

La compression fréquentielle quant à elle ne décale pas une octave sur une autre. Elle va comprimer le signal afin de le faire passer dans la zone audible du patient.

En conclusion, ces deux mécanismes permettent d’élargir le domaine d’application de l’audioprothèse en offrant de nouvelles approches avec pour objectif d’améliorer l’intelligibilité des patients.